L’énergie solaire photovoltaïque pourrait produire 22,4 GW dans le monde en 2030

AFRICAGUA2017 FAIT SA PROMOTION AUX ÉTATS-UNIS
juin 10, 2017
  • L’approbation récente de la nouvelle législation sur l’autoconsommation en Espagne n’a pas empêché le gouvernement de recourir à l’importation d’énergie «sale» pour répondre à la demande actuelle.

L’énergie solaire photovoltaïque est, depuis fin 2018, la première source d’énergie électrique installée dans le monde. Selon le programme de systèmes d’énergie photovoltaïque de l’Agence internationale de l’énergie (AIE PVPS), ils ont dépassé les 500 GW, un chiffre qui multiplie par 31 la puissance totale utilisée par les humains en 2016.

L’Espagne est déjà entrée dans la voiture de l’autoconsommation grâce au décret royal récemment signé par le Conseil des ministres, qui met fin à la prétendue taxe sur le soleil. Ce nouveau cadre législatif fait du photovoltaïque l’un des plus grands espoirs de réduction de la dépendance énergétique et de la pollution, en limitant les émissions de CO2 dans l’atmosphère.

En ce sens, certaines études montrent des données pertinentes pour l’avenir de l’énergie solaire en Espagne. D’un côté, la société Solar Power Europe prévoit qu’en 2022, 8,2 GW de capacité supplémentaire pourront être ajoutés, pour atteindre 14,6 GW à la fin de cette année. Cela ferait de l’Espagne, qui est déjà le pays européen bénéficiant du plus grand nombre d’heures d’ensoleillement, l’un des marchés solaires les plus importants au monde.

Global Data estime pour sa part que la capacité mondiale d’énergie solaire passera à 22,4 GW en 2030, après une augmentation significative de la capacité de la Chine, du Chili et des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). ).

 

 

L’Espagne continue d’importer de l’énergie

En dépit de la situation géographique privilégiée de l’Espagne et jusqu’à ce que la nouvelle législation commence à avoir des effets réels sur la production et la consommation d’énergie propre, le gouvernement a été contraint d’importer davantage d’énergie « sale » afin d’éviter le prix du marché. lumière Le Maroc est le fournisseur de cette énergie électrique, principalement en raison de sa proximité.

Cependant, le pays alaouite a pris un engagement important en faveur des énergies propres. Concrètement, jouer un rôle fondamental sur le marché de l’énergie solaire concentrée (CSP) en établissant un plan lui permettant d’obtenir 2GW d’énergie solaire d’ici 2020, ce qui lui permettrait de couvrir 42% des besoins en électricité du pays.

Le Maroc possède actuellement le plus grand parc solaire concentré au monde, avec environ 3 000 hectares, ce qui équivaut à environ 3 500 terrains de football. Il est situé à Noor Ouarzazate et produit suffisamment d’électricité pour alimenter plus d’un million de foyers.

 

 

Cette ferme, d’une capacité de 580 mégawatts, est en mesure d’économiser plus de 760 000 tonnes d’émissions de carbone dans l’atmosphère. Pour ce faire, il utilise un système de tour centrale et un système de stockage de sel fondu, capable d’atteindre une température plus élevée que d’autres configurations et d’optimiser l’efficacité thermodynamique. De cette manière, il permet de gérer l’énergie solaire en l’absence de rayonnement direct et de répondre ainsi aux pics de la demande. Une technologie de pointe qui modifie considérablement le rôle des énergies renouvelables dans l’approvisionnement énergétique mondial.